Skip to content

Du POC au MVP, comment Sunday a réussi à démontrer la viabilité de son produit ?

Less than 1 minute Minutes

Dans ce 2nd Product Of The Week, découvrez la restitution de notre échange avec Alex Wattrelos, Head of Product chez Sunday, et plongez dans l’ambition mondiale de cette entreprise de paiement. Avec une image de marque B2C forte et une expansion prévue sur les principaux marchés, Sunday vise à offrir une solution universelle répondant aux besoins des consommateurs du monde entier.

1. Une ambition mondiale

Au niveau Product, le paiement c’est quasi-universel”

Lorsqu’il s’agit de payer l’addition, les pain points sont les mêmes d’un pays à un autre, et il n’y a pas non plus de différences culturelles majeures au niveau des modes de paiement.

Déjà présent en Angleterre, en Espagne, en France et aux USA, Sunday souhaite donc rapidement se développer sur les autres principaux marchés européens et américains.

Sunday veut aussi se doter d’une image de marque B2C forte afin que les utilisateurs soient eux-mêmes prescripteurs de l’application.

2. Refaire vite et mieux

”Avec 80% de taux de pénétration, on a rapidement trouvé notre product-market-fit”

A la genèse de Sunday, il y a un POC réalisé chez Big Mamma, le groupe de restauration détenu par les fondateurs Tigrane Seydoux et Victor Lugger.

En un mois, l’équipe réussit à transformer ce POC en MVP, démontrant ainsi la viabilité business de la solution. Ce type de conception itérative ultra rapide est également le pêché mignon de Timothée Le Borgne chez Jellysmack.

L’idée devient alors concrète et commercialisable. En 3 mois, 10 millions d’euros de paiement avaient déjà transité sur la solution.

Seul problème : le produit, conçu rapidement et pour ce MVP, n’était pas suffisamment scalable pour les ambitions mondiales de sunday.

3. Une V2 à enjeux

“Pour se brancher aux logiciels de caisse, il faut une vraie connaissance métier”

Une refonte complète fut alors réalisée, en 2 mois, et livrée fin juillet dernier.

Les enjeux étaient essentiellement techniques :

  • Scalabilité de l’infrastructure
  • Capacité à se brancher aux logiciels de caisse, multiples et peu standardisés.
  • Amélioration de la vélocité de l’équipe de développement.

L’équipe tech a fait le choix d’un back-end en Java, structuré selon les principes du DDD (Domain-Driven Design).

Côté fonctionnel, l’équipe Produit en a profité pour effectuer une refonte design complète afin de bonifier les retours utilisateurs récupérés sur la solution depuis des mois.

4. Un vrai ADN Produit

“Une grosse campagne de com’ est prévue en septembre, il faudra que ça tienne !”

Chez Sunday, toute l’entreprise est focus sur 2 items : la performance business et la satisfaction client.

Parmi tous les KPIs suivis, il y a notamment une North Star Metric (la Growth Transaction Value) et 2 indicateurs clés qui en découlent (le taux de pénétration et le nombre de tables équipées d’un QR Code).

Alexandra Leloup chez Deezer a également une approche Product Metrics de ce type.

Tout ce qui ne sert pas l’une de ces 3 métriques est en général dépriorisée par l’équipe Produit.

Sunday a aussi mis en place le « Be the customer for a day » où chaque salarié passe régulièrement une journée en tant que serveur dans un restaurant.

0

Conseil en product management

Évènements et ressources

© IKXO 2023 – Mentions Légales

Site Créé par DOPE